17 avril 2020

Rouler confiné

4 semaines désormais que nous sommes assignés à résidence, 4 semaines que nous limitons les sorties au minimum et surtout à notre jardinet. 4 semaines qui me rapprochent pourtant de mes objectifs de l’année, l’Ardéchoise et l’Etape du Tour. Hors de question donc de se la couler douce en attendant la quille et de perdre le peu d’entraînement que j’avais réussi à acquérir, lors des sorties dominicales ou des 200 km d’Orléans de « ma vie d’avant ». Ce ne sont pas non plus les recettes de grand’mères remises au goût du jour, pain à la cocotte, cake au citron ou banana bread ainsi que les pâtes stockées pour nourrir mes ados qui m’aideront à grimper le jour J.

Courir en boucle autour du pâté de maisons, bof, déjà, sur les bords de Marne j’ai du mal alors, là, n’en parlons pas ! J’ai bien essayé d’allier sport et jardinage, mais une fois que mes plates-bandes ont été désherbées, je n’ai plus eu qu’à buller dans un transat au soleil. Et donc, niveau sport, on repassera.

Restait alors l’engin du diable, le home trainer de Monsieur, dans son atelier vélo/bricolage. 

C:\Users\5839JO\Downloads\IMG_8642.jpg

Après avoir laissé passer une semaine puis une autre et ne voyant pas la fin de ce confinement, j’ai fini par lui demander d’installer mon vélo dessus. Pleine de bonne volonté, j’ai téléchargé l’appli qu’il m’a conseillée: Trainer Road et ai choisi de m’entraîner avec quelques intervalles à une estimation de VO2max un peu aléatoire.  Et puis j’ai lancé l’entraînement. Quelle aridité ! Des ordres de tenir bon en Anglais, de pédaler à « 90 to 100 rpm » et un défilement du temps ralenti… alors que je pédale sans entrain vraiment parce qu’il le faut. Cet entraînement de 55 minutes m’a semblé durer plusieurs heures tellement je me suis ennuyée !

 A tel point que deux jours après, je remettais cela mais avec une série Netflix pour me tenir éveillée et me sauver ainsi de quelques heures d’ennui à pédaler. Tout cela n’annonçait cependant rien de très profitable pour mon entraînement malheureusement, la série n’appelant pas vraiment à me dépasser !

Heureusement, le mercredi suivant, j’ai vu passer sur Instagram une sortie virtuelle de Elles Font du Vélo (EFDV) sur Zwift. N’étant pas une pro du home trainer, je ne connaissais pas cette application mais Monsieur lui, avait quelques bases et m’a expliqué que Zwift était un jeu vidéo de vélo. Ah oui ? Et il m’avait caché cela ! Ca promettait au moins d’être plus fun. Et j’avais bien envie de voir ce que ça faisait de rouler « en groupe virtuel ». Rendez-vous a été pris pour 21H le lendemain. Dès 13H, je me suis inscrite sur Zwift, histoire de préparer ma « ride » du soir et être sûre que tout fonctionne avec un test de l’application. Il a fallu installer l’ordinateur et son écran devant le vélo, capter le wifi et le home trainer. Je suis ensuite montée en habits civils et pantoufles sur le vélo pour voir si ça marchait et après avoir validé poids et âge, je me suis lancée sur la route de Watopia, un paysage virtuel qui défile au gré de mon pédalage. Une flèche à droite et hop, on part voir le village italien, une flèche à gauche et à l’intersection, on se dirige vers le désert ou encore on part voir le volcan. Ceux qui me connaissent savent que j’adore les volcans, je n’ai pas pu m’empêcher de me diriger vers lui et voilà donc que la route se met à monter, je sens la résistance du home traine augmenter en même temps et trouve ça plutôt bien fait. Cela me motive à appuyer plus (en pantoufles, je me répète) sur les pédales pour voir ce qu’il y a après, et je grimpe, en même temps que d’autres que je rattrape ou qui me laissent sur place. La route monte plus ou moins fort, il y a parfois un peu de répit, et mon homme, à côté, venu vérifier que son installation fonctionnait s’amuse de me voir appuyer sur les pédales pour monter ce volcan en jean. Je me prends au jeu. La fin à 12% me trouve debout sur le home trainer mais quelle satisfaction de franchir la ligne marquant le sommet, 250 mètres virtuels plus hauts !

Bien décidée à essayer en groupe le soir même, je descends du vélo un peu essoufflée et retourne aussi sec à mes réunions virtuelles (elles aussi). 21H00 approche et après un repas léger, je me mets en tenue plus adéquate et remonte sur le vélo. Après quelques frayeurs liées à mon ordinateur qu’il a fallu installer près du home trainer et qui est vraiment très très lent à l’allumage, j’arrive enfin à rejoindre le groupe et filer dans les rues de Richmond derrière une leadeuse qui essaie de garder ses troupes en peloton. Elle est française et appartient au groupe de Elles Font du Vélo et il y a dans le peloton des femmes de tous pays et même tous continents. Les échanges sont en Français et en Anglais, ils s’affichent à l’écran et donnent du courage. J’essaie de suivre le rythme et c’est nettement plus facile de pédaler dans le peloton que seule. C’est sympa, il faut vraiment gérer sa puissance et être attentive pour rester dans le groupe, si l’on appuie trop, on se retrouve seule devant, si l’on n’avance pas assez, on est rapidement à la traîne et le peloton s’éloigne (car c’est plus dur de le rejoindre). C’est vraiment presque comme rouler en groupe en faisant attention au cycliste de devant qui fait parfois des écarts, il faut rester concentrée, à ceci près qu’en cas d’inattention, il n’y a pas de chute et les conséquences sont moins graves. Nous filons donc pendant une heure à une vitesse virtuelle de 30 km/h avant de nous « séparer ». Les prouesses de chacune sont enregistrées, il faut que je comprenne comment partager les « ride on » (ou pouces bleus qu’on accumule dans son maillot) et comment taper sur le clavier pour discuter alors qu’on pédale mais je suis contente. Je n’avais pas fait d’aussi bonne séance depuis le début du confinement et je suis restée motivée jusqu’au bout, sans m’ennuyer.

Le lendemain, j’y retourne pour une autre séance dans le monde virtuel de Wattopia et je m’inscris à une sortie qui commence dans les 5 minutes. Je choisis de rester avec les femmes. Comme la veille, je boucle les 50 minutes d’entraînement sans souci, en ayant bien pédalé et contente de moi.

Deux jours après, j’y retourne encore. A Londres cette fois-ci et je retrouve les bords de le Tamise rive Nord que je connais bien ainsi que le Tower Bridge que j’ai traversé un certain nombre de fois à vélo déjà, mon aîné bébé dans le siège derrière moi car le pont était sur le chemin de la crèche. A l’époque, il y avait plus de voitures, c’est ce qui est agréable dans ces rides virtuelles, on n’en voit aucune ! Charles, me voyant motivée, réfléchit à une installation adéquate pour l’ordinateur, l’écran, le clavier et surtout le vélo. Il paraît qu’il existe des home trainers qui bougent en fonction du revêtement de la route, vu qu’il y a des planches, des pavés et même du gravel, ça doit être sympa (et peut-être faire moins mal aux fesses qu’une séance classique dont on sort moulue). Mais nous n’en sommes pas (encore) là.

Au bout d’une semaine à ce rythme, j’ai fait 175 km et 1000 mètres de dénivelé positif. Et mon essai gratuit d’une semaine expire. Ne sachant pas combien de temps je vais encore devoir jouer au hamster, je paie pour un mois de plus. 15 euros. Ce n’est pas cher payé pour s’amuser et faire du sport en groupe. Même s’il est virtuel, évidemment, le groupe, c’est quand bien plus fun que l’application aride de Monsieur. Et nous avons peaufiné l’installation informatique : elle s’allume au quart de tour et les graphismes sont encore plus beaux. Avec la porte ouverte, je suis presque dehors. 

Hier soir, j’ai roulé avec l’équipe Zwift hollandaise. Plutôt costaudes, les bataves, surtout sur du plat. Je n’ai pas pu tenir sur la longueur et elles m’ont distancée sur la fin. Pourtant, j’ai été classée 7/20 sur la zone de sprint, je n’ai donc pas à rougir et j’ai tout donné ! 

Je voulais partager mon expérience. Moi qui détestais le home trainer, j’y trouve mon compte. L’aspect communautaire international y est pour quelque chose évidemment, c’est entraînant. Et l’interface graphique façon « jeu vidéo » sympathique. On ne nous vend pas du « réel » mais bien une façon ludique de s’entraîner et moi, c’est visiblement ce qui me convient, bien plus qu’une histoire de puissance et de fractionné. Grimper le volcan de Wattopia, rouler en « VTT » sur la route de la jungle qui monte bien (mais descend aussi) ou tracer tout droit dans le désert, ça me motive. Et en roulant, on débloque des éléments de tenue supplémentaires ou différents, des vélos plus performants, on monte en niveau et on a accès à de nouvelles routes. Ça aussi c’est sympa, ça donne des objectifs supplémentaires et autres que « se maintenir en forme ». Il y a toujours un événement de groupe qui commence dans les 30 minutes et je me suis retrouvée par hasard à faire des intervalles sur le « Paris Roubaix » ou à grimper des collines dans le Yorkshire en faisant la « Royal Pump » route. Je ne pense pas atteindre le graal, le vélo « Tron » ou faire la Road to Sky (l’équivalent de la montée de l’Alpe d’Huez) mais je progresse et je continue de faire un peu de vélo et quelques kilomètres. C’est bien le plus important non ?

Et vous, comment roulez-vous confinés ?

 

Posté par Yokoflo à 12:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


04 décembre 2015

Un joli jeu pour les fans de Japon

Mardi dernier, c'était ma fête, et comme j'étais allée faire un tour au rayon "jeux de société"pour remplir la hotte du Père Noël, je me suis fait plaisir et j'ai craqué sur un jeu de cartes japonais. La règle n'a pas l'air très compliquée (enfin, il faut tester quand même, je n'ai pas eu l'occasion pour le moment) et les cartes en elles-mêmes sont un régal pour les yeux. Un joli petit cadeau (12 euros chez Cultura par exemple) pour les amoureux du Japon !

P1020064_s

P1020066_s

Posté par Yokoflo à 07:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

23 octobre 2015

Swap Cluedo d'Halloween

Comme l'an dernier, il fallait écrire une énigme à résoudre grâce au contenu du colis du swap. Cette année, l'énigme est moins alambiquée et sans doute plus simple à résoudre...

Vous voulez essayer ?

P10103708S

Swap Cluedo par Yoko©

Ouvrir le paquet numéro 1 pour se mettre dans l’ambiance ! 

P1010357_s

 

Quand Melle Rose, Mme Leblanc, Mme le professeur Violet, la veuve du Colonel Moutarde, et Mme Pervenche reçurent une invitation pour le goûter Créathé très prisé de Mme Lenoir, elles furent, chacune de leur côté, très surprises car elles ne s’attendaient pas à ce que Mme Lenoir s’intéresse à elles en particulier. C’était en effet de petites créatrices, utilisant leur temps libre pour réaliser de petits bijoux fantaisie d’inspiration japonaise en utilisant des techniques ancestrales comme le kumihimo, l’origami ou le kirigami, bijoux qu’elles vendaient sur Etsy. Cela leur permettait tout juste de racheter leurs fournitures sans perte. Les participantes à ces goûters Créathé étaient en général des célébrités et on était plutôt habitué à y retrouver Adeline Klam ou Fifi Mandirac… Le rendez-vous était fixé à 16H30 le vendredi d’Halloween et il était demandé d’emporter son matériel avec soi. Flattées d’avoir été choisies, pas une ne déclina l’invitation.

A l’arrivée, thé parfumé, biscuits appétissants, musique d’ambiance les attendaient. Olive,  la fille de Mme Lenoir était aussi là et aidait la maîtresse de maison à mettre ses convives à l’aise. La table du salon en bois ancien avait été protégée. Chacune, Olive y compris, s’assit à la place qui était indiquée par de jolies étiquettes. Mme Lenoir baissa la musique, remercia chacune personnellement et commença a expliquer pourquoi ce goûter Créathé était un peu spécial : « Mesdames, mesdemoiselles, vous vous demandez certainement pourquoi je vous ai invitées, vous, aujourd’hui, alors que jusqu’à présent, mes goûters étaient plutôt réservés à des créatrices de renom que vous n’êtes pas encore. Sachez que j’ai visité vos petites boutiques Etsy et que j’y ai vu de très belles choses, vous avez du talent ! L’une d’entre vous, cependant, est une voleuse : j’ai retrouvé dans sa boutique la copie exacte d’une de mes créations, dont l’idée originale et brevetée avait été vendue à un grand bijoutier qui voulait la reproduire en or et diamant et qui a bien entendu annulé le contrat quand il a su que des copies circulaient déjà. J’ai perdu beaucoup d’argent dans cette histoire. Quand la voleuse s’est aperçu que l’objet copié suscitait l’attention, elle l’a retiré rapidement de la boutique dont je n’avais malheureusement pas retenu le nom. Cependant, vos cinq boutiques étaient encore en mémoire dans l’historique de ma navigation, je sais donc que c’est l’une d’entre vous qui m’a spoliée. Je vous ai donc rassemblées aujourd’hui pour faire toute la lumière sur cette affaire. Je vais vous demander de réaliser un bijou. En vous observant créer, en étudiant votre comportement, je pense que j’arriverai à découvrir laquelle d’entre vous a volé mon idée. Je la livrerai ensuite à la police pour qu’elle réponde de son plagiat et me verse des dommages et intérêts».

Les convives se taisaient, abasourdies de comprendre comment et pourquoi elles avaient été choisies pour ce Créathé. Certaines sirotaient leur thé, d’autres ordonnaient soigneusement leurs affaires sur la table, toutes cherchaient à se donner une contenance. Le petit goûter sympathique tournait au cauchemar. Les pensées allaient bon train. La tension était palpable ! La coupable se demandait ce qui risquait de la trahir, les autres angoissaient à l’idée de se transformer en faux coupable et de se retrouver par erreur accusée de ce plagiat et interrogée par la police.

 « Vous allez donc avoir trente minutes pour réaliser une parure d’Halloween avec le matériel que vous avez apporté. Ce ne sera pas très long, mais devrait suffire. Olive restera avec vous, je vous observerai à distance.» Chacune avait devant elle son matériel : pinces, breloques, fils, papier, colle, verni. Ce qui était intéressant c’est que la personnalité de chacune était clairement perceptible rien qu’en détaillant ce qui s’étalait devant elle. On remarquait que Melle Rose aimait les fleurs, tout ou presque de sont matériel était fleuri ! Mme Pervenche, elle, avait surtout des tons bleus et devait apprécier cette couleur. Même sa pince coupante était assortie ! Mme Violet, le professeur, avait une règle, des craies et du papier millimétré dans son matériel qui traduisait son métier principal. Mme Moutarde voyait la vie plutôt en noir après son veuvage. Les affaires de Mme Leblanc étaient déclinées en couleurs très pâles, proches du blanc.  Même Olive avait devant elle des motifs provençaux dont certains jaunes avec des olives vertes dessinés dessus ! Mme Lenoir posa au centre de la table, visible de toutes, un gros compte à rebours fixé à 30 et, sans plus attendre, appuya sur le bouton marquant le début du décompte. Les six femmes se mirent au travail : certaines commencèrent à dessiner ce qui leur venait à l’esprit, d’autres étaient visiblement en panique et cherchaient l’inspiration, d’autres enfin attaquèrent directement leur création, les mains tremblantes et moites… Mme Lenoir quitta alors le salon en les laissant seules avec Olive.

Les créatrices jetaient des coups d’œil au grand miroir au-dessus de la cheminée et à la caméra de surveillance qui clignotait en rouge, près de la fenêtre, convaincues que c’était par là que Mme Lenoir les observait sans être vue. Très vite, Mme Leblanc dût s’absenter et aller aux toilettes, elle avait bu trop de thé ! Melle Rose la suivit, elle voulait observer de plus près la pièce qui devait se trouver derrière le miroir. Les deux femmes revinrent et le travail continua en silence. Mme Violet, par un geste trop brusque de ses mains qui tremblaient, renversa sa tasse de thé sur la table et demanda la direction de la cuisine pour aller y chercher une éponge pour réparer ses dégâts. Olive lui indiqua le chemin et alla par la même occasion chercher une paire de ciseaux qu’elle avait dans sa chambre et dont elle avait besoin. Le temps passait, les bijoux étaient presque finis, les femmes se jetaient des regards furtifs, la tension montait. Soudain, Mme Pervenche se leva brusquement et quitta la pièce en claquant la porte comme pour se désolidariser de cette ambiance trop lourde et respirer un peu. Mme Moutarde, qui avait fini sa parure, prit un cookie et partit essayer de la réconforter. Toutes deux revinrent, Mme Pervenche semblant calmée. Les trente minutes étaient écoulées. Le compte à rebours sonna, une sonnerie stridente qui vrillait les tympans. Une sonnerie que personne n’arrêta et que toutes supportèrent jusqu’à ce que la minute se termine et mette fin à leur supplice. Personne n’osait plus se lever. Tout le monde se regardait, s’observait, se jugeait. Après ce qui sembla une éternité, Olive se leva enfin en disant, « je vais chercher ma mère, je ne comprends pas ce qu’elle fabrique». Peu après, on entendit un grand cri. « Mon Dieu, non, Maman ! ».

Toutes accoururent et découvrirent Mme Lenoir, visiblement morte, allongée par terre.

Ouvrir le paquet numéro 2 pour découvrir la pièce où se trouve Mme Lenoir*.

P1010359_s

*Sans le livre sous la main, ce sera un peu compliqué de retrouver la pièce. Un indice de taille

 

Près de Mme Lenoir, on ramassa quelques indices couverts d’empreintes digitales que dans sa précipitation, l’assassin avait laissé échapper. Il fut donc facile à la police d’arrêter la coupable ! Le témoignage des autres convives était accablant et expliqua l’origine de ce crime odieux : la coupable n’avait pas les moyens de répondre de son vol en dédommageant la victime et dans un moment de folie, s’était persuadée que s’en débarrasser réglerait son problème ! Quel égarement !

Ouvrir le paquet numéro 3 pour découvrir qui est l’assassin grâce aux indices récoltés.

P1010360_s

P1010362_s

 

L’arme du crime fut plus difficile à trouver. Elle se fondait complètement avec le décor et ce n’est qu’après l’autopsie que la police put enfin mettre la main dessus, quand on sut exactement comment Mme Lenoir était morte.

Ouvrir le paquet numéro 4 pour découvrir l’arme du crime.

P10103668_s

Alors, cette énigme est-elle résolue ? Est-ce clair ? Dans quelle pièce a été tuée Mme Lenoir ? Par qui ? Comment ?

P1010353_s

 Avez vous besoin que je lève le voile sur la solution ou elle est trop simple ?

 

Posté par Yokoflo à 15:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

17 juillet 2015

Jeux...

des volcans pour le challenge photographique d'Anne. Numéro 20.

P1000083_s

Posté par Yokoflo à 07:23 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 juillet 2015

ATCs diverses et variées

Il y a celles que j'ai faites sur le thème Cluedo, et celles que mes deux grands ont voulu faire pour essayer. Ils ont choisi le thème "chasse et pêche", un thème de garçon, évidemment !

P1220872_s

P1220874_s

Je précise qu'ils ont tout fait eux-même, y compris leur fond !
Je leur ai juste donné des conseils... et fourni le matériel !

Posté par Yokoflo à 07:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,


27 juin 2015

Fête de la Saint Jean

Une dernière messe des familles qui s'est prolongée par la grande fête de la Saint Jean... Des jeux, des crêpes et du monde. Une soirée très sympathique appréciée par tous (même si finalement le feu n'étant allumé qu'à 23H, nous sommes partis avant de le voir flamber...)

Ambiance...

P1220685_s

P1220687_s

P1220689_s

P1220690_s

P1220695_s

P1220696_s

Posté par Yokoflo à 21:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 juin 2015

Réjouissances de printemps #13

Personne n'était très motivé pour aller se promener car le fond de l'air était frais. Pourtant, dès que nous avons été à bord du bateau avec les gilets, les skis, le wake et la bouée et que nous avons constaté que l'eau du lac était très bonne, tout de suite, l'ambiance a été meilleure ! 

IMG_1065_s

A nous les tours consécutifs de skis (pour les deux grands volcans), de wake (pour monsieur), de ski (pour moi) et de bouée (pour les trois volcans)... On en a bien profité de notre virée et de ces réjouissances de printemps #13 (and last)!

IMG_1072_s

IMG_1075_s

IMG_1077_s

IMG_1079_s

IMG_1080_s

Posté par Yokoflo à 23:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

08 février 2015

Plaisir d'hiver #7

Une belle journée ici. Des enfants qui ont joué dehors. Des batailles d'épées et des poursuites avec une structure - corne d'abondance... Ca vous rappelle quelque chose* ?

Et ils ont pris l'air ! Vous aussi j'espère pour ces 7èmes plaisirs d'hiver

P1200984_s

P1200986_s

P1200987_s

P1200993_s

P1200995_s

P1200998_s

* oui, ils ont joué à Hunger Games...

Posté par Yokoflo à 18:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23 décembre 2014

Sages comme des images...

Admirer les gelées matinales (les premières) et rester au chaud.

P1200608_s

Courir au bord du lac entre midi et deux.

P1200611_s

Faire des origamis.

P1200617_s

Lire les bunny suicides en se bidonnant (après avoir préparé un fondant au chocolat, merci Claire).

P1200618_s

Les enfants se sont occupés sagement tout seuls pendant que je travaillais en ces premiers jours de vacances...

Posté par Yokoflo à 14:06 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

31 août 2014

Bonheur d'été #11

Un bonheur d'été qui devrait marquer la fin du mois d'août, avec des jours qui racourcissent sérieusement et un vent qui refroidit l'ambiance dès 19 heures, signe de la rentrée...

Mais non, c'est un bonheur d'été qui marque le début d'une nouvelle activité chez nous que j'ai retenu, c'est bien plus positif !
Nous avons en effet commencé le géocaching (bien après les autres...) mais nous avons déjà trouvé 7 caches durant le week-end et prévu d'en chercher plein d'autres.

Si vous ne connaissez pas le géocaching, c'est une chasse au trésor avec GPS, permettant de visiter les lieux d'intérêt d'une région en donnant un but à des promenades et un petit air d'aventure. Nous sommes restés près de chez nous pour le moment, mais nous y avons encore une dizaine de caches à chercher... Et puis on ira aussi voir du côté de chez les cousins, à Paris et partout où l'on ira.

En ce dimanche, nous avons par exemple profité de la balade-baignade en bateau pour chercher une cache située à l'autre bout du lac, près de la plage. Très sympa !

Voici donc notre bonheur d'été #11 qui marque le début de beaucoup d'autres (pas forcément en été)...

Photos de la promenade.

P1190054_s

P1190055_s

P1190058_s

P1190059_s

P1190064_s

Et quelques photos du téléphone pour nos "trésors découverts".

Et chez vous, quel est votre dernier bonheur d'été du mois d'août ?

Posté par Yokoflo à 21:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,